Rechercher
  • Christian De Moor

L'endométriose selon la MTC

L'endométriose est une maladie gynécologique inflammatoire qui touche en France 10% des femmes en âge de procréer, soit 1,5 à 2,5 millions de femmes. Je vous propose un article sur cette maladie telle qu'elle est analysée en Médecine Traditionnelle Chinoise.

Le bilan de santé en MTC repose sur la différentiation des syndromes définis à travers l'analyse des signes et des symptômes observés. La MTC s'est intéressée, depuis probablement plus de 3000 ans, à tous les déséquilibres de la santé. Elle s'est attachée à comprendre notamment, selon son paradigme propre, les déséquilibres de santé spécifique de la femme tel que l'endométriose. Précisons que la MTC ne cherche pas une explication ou un traitement à une maladie exprimée avec la logique de la médecine occidentale. A une pathologie de médecine conventionnelle peut donc correspondre plusieurs syndromes (simples ou complexes) de MTC et un même syndrome de MTC peut donc correspondre à plusieurs maladies de médecine occidentale.


Le syndrome principal observé dans le cas de l'endométriose est la stase de sang. Le sang ne circule pas correctement pour différentes raisons et finit par construire un épaississement des parois organiques ou constituer des masses. On observe que la stase de sang, qui fait partie de la famille des syndromes de plénitude en MTC, est souvent associé à d'autres syndromes qui peuvent être eux-même des syndromes de vide ou de plénitude.


Ainsi on observe que la stase de sang peut être associée à une déficience de la fonction Rein (1) et on va constater dans ce cas une douleur abdominale pendant ou après la menstruation, des règles peu abondantes ou au contraire très abondante, des cycles irréguliers, un sang menstruel noirâtre accompagné quelquefois de caillots et des phénomènes de stérilité. La personne éprouve une sensation de faiblesse dans le bas du dos et dans les genoux et présente un teint sombre. Le corps de la langue va être de couleur grisâtre et on constatera fréquemment des ecchymoses sur les bords. Le pouls radial sera fin (comme si l'artère était plus fine que la normale. On appelle ce pouls « Xi » en chinois et il est décrit comme ressemblant à un fil de soie) et plutôt plus lent qu'un pouls standard. L'objectif de la MTC est dans ce cas de « nourrir » le Rein et d'activer le sang pour dissoudre la stase et réguler les menstruations.


Le deuxième cas le plus fréquent est l'association de la stase de sang à un syndrome de froid interne. La douleur et la sensation de froid éprouvées par la personne au bas-ventre sont aggravées par la pression et soulagées par la chaleur. La personne peut souffrir de nausées, de vomissements, de stérilité, avoir une aversion pour le froid, ses extrémités mains et pieds sont froides et le teint du visage est pâle. Au niveau de l'examen de la langue on observera une langue pâle ou au contraire légèrement pourpre avec de petits points rouges sur les bords. Le pouls sera profond (on devra appuyer plus fort sur l'artère radiale pour le percevoir), il sera tendu (un peu comme une corde de guitare), il pourra également être fin comme dans le syndrome décrit précédemment et battre selon un rythme irrégulier. Dans ce cas de figure, la MTC cherchera à réchauffer les méridiens (2) pour disperser le froid et à dissoudre les stases de sang pour permettre au sang de circuler plus librement.


Le troisième syndrome complexe le plus fréquent est la concomitance entre le syndrome de stase de sang et une stagnation du Qi (3). Dans ce cas de figure, on constatera une distension douloureuse du bas-ventre aggravée à la pression et lors des menstruations. Les règles sont irrégulières, relativement abondantes, de couleur pourpre et présenteront des caillots. On constate également un gonflement douloureux de la poitrine, une sensation d'oppression thoracique et de pesanteur anale et périnéale. Au niveau mental et émotionnel on constate une agitation psychique et quelquefois une dépression mentale. La langue dans ce cas est plutôt pourpre et présente une teinte sombre avec des points rouges sur les bords. Le pouls dans ce cas est le pouls appelé «Jin» en chinois qui peut se décrire comme un pouls qui ressemble à une corde vrillée sur elle-même. Le pouls a tendance à être également fin. La fonction la plus concernée dans ce cas de figure est le Foie et la stratégie va être d'harmoniser cette fonction Foie, à dissoudre la stase de sang et à drainer les méridiens.


Parmi les outils de la MTC, l'acupuncture seule est généralement insuffisante pour apporter une réponse à ces syndromes et l'utilisation de la pharmacopée traditionnelle chinois s'avère souvent indispensable. Il n'y a pas une formule unique de substances pour répondre à chacun de ces syndromes mais des formules classiques de base qui sont adaptées en fonction du profil particulier de chaque sujet puisque qu'aucune personne en souffrance ne correspond à un profil clinique standard. Le praticien va notamment s'attacher à différencier les tableaux en fonction des critères d'aggravation ou d'amélioration (froid ou chaleur, état de fatigue, état de stress...) pour adapter la formule. La formule est également susceptible d'être modifiée en fonction de l'évolution de la symptomatologie.


Christian De Moor

Praticien de Médecine Traditionnelle Chinoise

Diplômé de l'IMTC, de l'Institut Shaoyang et de SFI Andreau



Notes :

(1) Fonction : on parle de fonction plutôt que d'organes en MTC. En effet la vision de la MTC est très différente de celle de la médecine occidentale. Quand on parle par exemple du Coeur en MTC, on parle bien évidemment de l'organe phyique lui-même mais aussi de l'ensemble des fonctions qui lui sont rattachés et dans le cas du Coeur cela va jusqu'à l'ensemble des vaisseaux sanguins et de l'esprit dont le Coeur est le support.

(2) Méridiens : les méridiens sont, d'après les théories de la MTC, les canaux de circulation de l'énergie et du sang. Ils constituent ce qu'on a coutume d'appeler un squelette énergétique.

(3) Qi : le Qi est l'énergie, le souffle vital ou la dynamique fonctionnelle.


Illustration :

Crédit photo © Csaba Deli - Getty Images/iStockphoto


Sources bibliographiques :

[1] Y. Chen, La gynécologie en médecine chinoise. Paris: Éd. You feng, 2010.

[2] É. Marié et A. Apostolska, Précis de médecine chinoise: histoire, théories fondamentales, diagnostic et principes thérapeutiques, Nouvelle éd. revue, Corrigée et Augmentée. Labège: Dangles, 2008.


Avertissements importants :

Votre praticien en MTC n'est pas médecin. Ces informations et les éventuels conseils en MTC ne remplacent en aucun cas une consultation médicale. La consultation en médecine traditionnelle chinoise ne peut en aucun cas être assimilée à une consultation médicale. Elle ne saurait se substituer à la consultation de votre médecin traitant et ne fait pas l’objet d’un remboursement par l’assurance maladie. Vous ne devez jamais interrompre un traitement prescrit par votre médecin de votre propre initiative sans l’avoir consulté auparavant à ce sujet. La médecine chinoise peut apporter une solution a de nombreux troubles de la santé en complément de la médecine conventionnelle.


79 vues0 commentaire